Pers

TELERAMA : Les petits plats et les grands

Thu/Sep/J

Entre la Sorbonne et le boulevard Saint-Germain rutile, le long du jardin du musée de Cluny la jolie terrasse du nouvel établissement de Franck Bellanger et Matthieu Nadjar, jadis aux commandes du cornichon (14e). Bien installée sur la banquette vert anis, j’attends ma comparse en grignotant des panisses chaudement sorties de la friteuse: assez fines, elles évoquent presque la Socca, leur cousine niçoise, elle aussi à base de pois chiches. Les amateurs de plats canailles seront ravis de retrouver des ris non seulement de veau, mais aussi d’agneau. Ceux-ci sont proposés en entrée avec une jolie salade d'herbes, de menthe, de coriandre et de cacahuètes, qui entraînent vers l’Asie ce plat de terroir. Pour continuer, une bonne salade César, avec poulet pané croustillant, lard et parmesan, qu’on aurait aimé plus généreuse pour le prix (24€) . L’échine de porc, bien grillée mais fondante, est relevée d’un filet d’anchois (association magique) et escortée par des légumes de saison, simplement glacés au jus : classique et efficace...

LE FIGARO : Les 15 tables en vue de la rentrée

Fri/Sep/J

EXCLUSIF - Bistrots de chefs, brasseries de quartier, adresses voyageuses… Nous avon testé pour vous les nouvelles tables de la capitale dont tout le monde parle en ce moment.

Qu’ils aient ouvert pendant l’été ou ces derniers jours, leurs noms sont sur toutes les lèvres. Mais que valent vraiment ces restaurants? De façon anonyme, comme à notre habitude, nous nous y sommes attablés pour vous.

MAISON CLUNY 7,5/10
Bonne nouvelle rive gauche, dans cette partie du 5e qui ne croule pas sous les bonnes tables, avec l'arrivée de Franck Bellanger et Matthieu Nadjar, qui officiaient déjà en tandem du côté du Cornichon (14e). On retrouve les belles manières du duo entre grignotages soignés à l'apéro ( cervelle de canut, socca frite minute...) et envolées bistronomiques à la carte ( ris de veau doré au sautoir, travers de proc ibérique moutardé et haricots cocos...) Jolie salle contemporaine vêtue de bois clair et tons vert pomme.

Le Blog de Gilles Pudlowsky -Paris 5e : la modestie de la Maison Cluny

Wed/Aug/J

On a connu Matthieu Nadjar et Franck Bellanger au Cornichon dans le 14e.
Voilà qu’on les retrouve avec modestie pour des repas d’été sans prétention et une petite touche gentiment italienne à la Maison Cluny face au musée du Moyen-Age.
Franck, qui travaillait jadis dans l’informatique s’est reconverti en cuisine chez Stéphane Jégo à l’Ami Jean, rue Malar.
Il y avait rencontré le jeune Matthieu Nadjar, qui a pratiqué les tables des « grands » (Savoy, Dutournier, Taillevent), et s’était associé avec lui, rue Daguerre.
A Matthieu la cuisine, à Franck les vins.
Ils ont repris ici l’ancien Watt un brin design, dont ils ont fait une table dans l’vent.
La terrasse a du charme, avec sa vue sur la végétation et les vieilles pierres vis à vis.
La cuisine suit, aux couleurs de l’été. Ainsi les ris d’agneau grillé, avec sa salade de légumes frais, cacahuètes et citron,
le vrai gaspacho de la grand-mère Abuela de Brice (ancien second de Matthieu), les fines pâtes froides (« cappellini alla fresca),
avec tomates et basilic. Ou encore le ris de veau doré croustillant au jus court, plat signature de la maison, avec son accompagnement, un peu paresseux,
d’herbes et salades.
On ajoute les jolis desserts comme la gourmande panna cotta, avec pêche glacée au vin blanc, biscuit amande ou la régressive mousseline aux cacahuètes, caramel laitier, cacao glacé, à retomber en enfance. On ajoute des vins au verre malicieux (les prix des vins en flacons filent vite vers les 50 €!),
comme ce séducteur rouge vénitien Monte Dall’Ora, Vino Nato Disobbediente Rosso, qui passe là dessus comme un élixir de jouvence.

SLATE.FR Cinq restaurants pour savourer la vie parisienne au mois d aout

Mon/Aug/J

Maison Cluny
La Maison Cluny est une adresse de bistrot chic du Ve arrondissement parisien, située entre la Sorbonne et le musée de Cluny. Après dix ans passés au restaurant Le Cornichon, les chefs Franck Bellanger et Matthieu Nadjar y proposent une carte mettant en avant des produits frais, de saison et renouvelée régulièrement.

À l'intérieur du restaurant, dont se dégage une ambiance conviviale, on apprécie le parquet à l'ancienne et les banquettes vertes. Côté bouche, la cave, gérée par Franck, est remarquable et en cuisine, Mathieu Nadjat excelle dans un registre principalement méditerranéen.

On ne peut que conseiller les ris d'agneau de l'établissement, accompagnés de tiges de rhubarbe à cru et que l'on déguste en guise d'entrée, l'échine grillée aux anchois (22 euros) et la rascasse rôtie et sa caponata (24 euros).
Pour pleinement profiter du mois d'août qui arrive et se sentir en vacances, la carte propose également quelques grignotages, notamment une excellente socca niçoise croustillante et frite minute (8 euros).
Pour la fin de repas, la carte propose fromages parfaitement affinés et desserts comme le riz au lait gourmand, vanille et nougatine (10 euros). Une maison de confiance.

GUIDE LEBEY - Douce parenthèse chez Maison Cluny

Thu/Jul/J

Ils sont de retour. Franck Bellanger et Mathieu Nadjar qu’on a aimés au Cornichon - prix Staub Lebey du meilleur bistrot 2013 - ouvrent un nouveau bistrot. Juste en face du musée Cluny avec de confortables tables extérieures qui surplombent le jardin et ont pour voisinage le charmant square Paul Painlevé ou la grande entrée de la Sorbonne. L'intérieur a eu le droit à une cure de jouvence, parquet à l'ancienne, banquettes d'un vert soutenu et accrochage spectaculaire. Quant à la cave si remarquable dans l’ancienne adresse, elle s’étoffe de jour en jour. Franck gère scrupuleusement les précieuses allocations ou les contacts qu’il a établis dans chaque appellation. En cuisine, Mathieu excelle dans un registre aux dominantes méditerranéennes. Ses assiettes se distinguent par les touches végétales qui prolongent et font l'assaisonnement. Les ris de veau restent incontournables comme désormais ceux d'agneau proposés en entrée et qu’il accompagne de tiges de rhubarbe à cru. L’acidité et les notes florales de la plante réveillent les abats et apportent une touche gourmande assez irrésistible. La carte invite également à un grignotage sur un mode apéritif : rien de tel qu’une socca croustillante et frite minute pour débuter une soirée estivale. Les plats changent en fonction du marché avec de belles associations comme l’échine grillée aux anchois ou la rascasse rôtie et la caponata. Autre bon point, la fin de repas permet de choisir entre fromages parfaitement affinés et desserts bien de saison. C'est d'ores et déjà l'adresse à connaître pour savourer un été parisien.